+ 19ème Marie Anne CALLEC x Nicolas GUILLERM 1822 Daoulas

Forum réservé à la recherche d'ancêtres. Indiquez en TITRE (un PATRONYME, un LIEU, même approximatif et une DATE, même approximative) pour chacun de vos messages Ex : "Naissance F.THOMAS, environ de Plouguin vers".
Indiquez également si vous avez ou non consulté la base Récif. Pour tout autre sujet généalogique, utilisez un des autres forums de la rubrique "Généalogie".

Modérateur : L'équipe du forum

Chatou27130
Messages : 16
Enregistré le : 25/11/2014 11:59
Localisation : Normandie

Merci

Messagepar Chatou27130 » 14/01/2015 13:32

Dernier message de la page précédente :

Bonjour Patrick.
Merci beaucoup pour ces nouvelles informations.
Bonne journée.
Cordialement.
Chantale

patrick
Messages : 291
Enregistré le : 09/10/2011 21:17
Localisation : (29) Brest

Messagepar patrick » 14/01/2015 14:21

Bonjour Chantal,
Je viens de me rendre compte que je me suis fait un nœud dans ma présentation.

Il ne faut pas lire comme je l'ai écrit:

1-Yves GUILLERM 1690-1759 marié avec Anne COTTAING ca 1686-1746 dont

2- Jean GUILLERM 1714- marié le 14 février 1746, Hanvec, Cornouaille, Bretagne, France, avec Françoise SANQUER dont:

H Guillaume GUILLERM 1717-1746

H Yves GUILLERM 1720-

F Marie GUILLERM 1723-

H François GUILLERM 1726-

H Anne GUILLERM 1726-

F Jeanne GUILLERM 1728-

mais :

1-Yves GUILLERM 1690-1759 marié avec Anne COTTAING ca 1686-1746 dont

H Jean GUILLERM 1714- marié le 14 février 1746, Hanvec, Cornouaille, Bretagne, France, avec Françoise SANQUER dont:

H Guillaume GUILLERM 1717-1746

H Yves GUILLERM 1720-

F Marie GUILLERM 1723-

H François GUILLERM 1726-

H Anne GUILLERM 1726-

F Jeanne GUILLERM 1728-

Désolé

Cordialement

Patrick

Chatou27130
Messages : 16
Enregistré le : 25/11/2014 11:59
Localisation : Normandie

Messagepar Chatou27130 » 14/01/2015 14:41

OK, j'en tiendra compte quand je remettrai tout ça au propre.
Merci encore.
Chantale

Avatar de l’utilisateur
Joël Morvan
Messages : 1294
Enregistré le : 22/11/2006 21:54

Messagepar Joël Morvan » 14/01/2015 18:30

Bonjour Chantale, bonjour Patrick, bonjour à tous,




Je descends de Yves GUILLERM (x Marie LE BOURG) fils de Guillaume GUILLERM et Jeanne MORVAN et donc frère de Nicolas.

Je suis d'accord avec Patrick pour considérer le couple Jean GUILLERM x Marie DUOT comme les parents les plus probables de Guillaume GUILLERM (x Jeanne MORVAN) mais je n'ai toujours pas trouvé de preuve formelle le certifiant. L'auriez-vous trouvée ?

Nous ne disposons pas de l'acte de mariage de Guillaume GUILLERM avec Jeanne MORVAN et je n'ai pas trouvé dans les actes de tutelles, décrets ou autres d'éléments permettant d'attester cette ascendance supposée.
De même il n'est pas certain que le Jean GUILLERM dcd en 1711 à Goulaouren est bien l'époux de Marie DUOT; le relevé ne permet pas de distinguer de quel Jean GUILLERM il s'agit d'autant plus qu'un autre Jean GUILLERM est témoin dans cet acte de décès :

17/09/1711 Hanvec Lieudit : Goulaouren (Pays : Daoulas)
GUILLERM Jean
Témoins : Jean GUILLERM, Jacob BELLAGUE


Je suis donc preneur de tout nouvel élément sur le sujet.



Cette famille GUILLERM est présente à Goulaouren et à Kerancurru, depuis au moins la moitié du XVIIème siècle où elle tenait des quévaises sous la Commanderie de La Feuillée. L'historique des rentiers de la Commanderie (en ADQ série 41H) nous donne :

"Le village de Golloran :

-- 1648-1649-1650-1651-1652-1653-1654-1655-1656-1657-1658

La quévaize JAN GUILLERME et YVON GUILLERME (GUILLERMIC ?) doibt :
par argent
________
cy en tout mon 17 sols 6 deniers

Pocesseurs :
JAN GUILLERME
YVON GUILLERME

-- 1671-1672-1673-1674-1675
YVON GUILLAUME
GUILLAUME GUILLERME

-- 1678-1679-1680-1681-1682-1683
GUILLAUME GUILLERM
YVON GUILLERM

-- 1697
YVON GUILLAUME

-- Aveu 1699 IMG 9641
JAN GUILLERM (x MARIE DUOT) de Goulaouren tient de + GUILLAUME GUILLERM son père
GUILLAUME GUILLERM, JAN GUILLERM et MARGUERITE JOBARD de Goulaouren tiennent de + YVES GUILLERM leur père et mary
JAN JOBART de Kergaer tient de + JANNE GUILLERM sa mère"


et


"Le village de Kerencuruff :

-- 1648-1649-1650-1651-1652-1653-1654-1655-1656-1657-1658

PIERRE MARTIN et JAN GUILLAUME dict " Goaz " pour la quévaize ou demeure YVON MORVAN menier et auparavant PIERRE MARTIN (MORIN ?) doibt :
par argen 6 sols 3 mon
poulles 1 poulle
________
cy 13 sols 6 deniers

Pocesseurs :
FRANCOIS COUCHOURON
YVON JOBARD ?
JAN GUILLERME

-- 1671-1672-1673-1674-1675
FRANCOIS COUCHOURON
JAN JOBARD ?
JAN GUILLERME

-- 1678-1679-1680-1681-1682-1683
YVON COUCHOURON
MICHEL COUCHOURON
JEAN GUILLERM

-- 1697
JEAN GUILLERM
HENRY ANDRE

-- 1613
JAN LAPOUSSE
JAN LE MIOSSECT (?)"



Un aveu de 1699 mentionné dans l'historique de la quévaise de Goulaouren nous donne une indication sur les GUILLERM présents à cette date. On y apprend que Jean GUILLERM (x Marie DUOT) était fils d'un Guillaume GUILLERM dcd (qui était certainement l'époux de Marie HENRY).

Nous comprenons par cet acte que ce Guillaume avait pour frère un Yves GUILLERM également dcd et époux d'une Marguerite JOBARD et pour soeur une Jeanne GUILLERM aussi dcd épouse d'un JOBARD.
Il avait aussi comme frère et soeurs un Louis GUILLERM (x Marguerite BRAS), une Catherine GUILLERM (x Christophe SCOURRE) et une Françoise GUILLERM (x Jacques LIDOU). Nous le savons par une fondation faite en 1665 à l'église d'Hanvec que voici (ADQ 83 G 4):


" 24/05/1665 : IMG 8566/8567/8568
Approbation du testament et ordonnance des dernières volontés de + JEAN GUILLERM de Goulaouren déclarées et fait rapporter par MARGUERITE BEON sa veuve et leurs enfants YVES GUILLERM, GUILLAUME GUILLERM & LOUIS GUILLERM, le dit YVES en privé et comme curateur de JAN JOBART fils de + YVON JOBART et + JANNE GUILLERM, JACQUES LIDOU mary et procureur des droits de FRANCOISE GUILLERM, CHRISTOPHE LE SCOURRE et CATHERINE GUILLERM sa femme, la dite clause étant au bas du partaige passé entre les dits enfants en date du 10/04/1664.
Lesquels reconnaissent que le dit + JEAN GUILLERM avait ordonné, quoique non script ny rédigé, une fondation annuelle de 60 sols à l'église de Hanvec et aux prêtres en engageant le plus gros de ses biens meubles et immeubles."

Les enfants de ce Louis, de cette Catherine et de cette Françoise GUILLERM, ou eux-mêmes, n'apparaissent pas comme héritiers en 1699 sans doute parce qu'ils avaient perdu leurs droits sur cette quévaise suite au partage de 1664 ou parce qu'ils les avaient revendus à leurs frères et soeur par la suite.



Nous avons par ces actes les parents et les grands-parents paternels de Jean GUILLERM (x Marie DUOT). Ce sont donc Guillaume GUILLERM x Marie HENRY et Jean GUILLERM x Marguerite BEON.






Pour info je vous donne également l'historique de deux quévaises de Kerancurru qui portent leur nom (GUILLAUME) mais dont aucune personne de patronyme GUILLERM ne semble être détentrice à partir de 1650 :


"Le village de Kerencuruff :

-- 1648-1649-1650-1651-1652-1653-1654-1655-1656-1657-1658

JAN GUILLAUME pour la quévaize ou il demeure doibt :
par argen 6 sols 3 deniers mon

Idem pour une pièce de terre nommée « goaz an moliec » :
6 deniers mon
poulles 1 poulle
________
cy en tout mon 14 sols 2 deniers

Pocesseurs :
JAN LE BRAZ
CONSTANCE CLEUZIOU femme d' ESTIENNE LE PAGE
JAN CAM qui a dict estre seul pocesseur comme dépendant de la quévaize de Turboden

-- 1671-1672-1673-1674-1675
AUGUSTIN LE BRAS & BASTIEN LE BRAS
MARCH GUIOMARCH
ALLAIN GUILLOU

-- 1678-1679-1680-1681-1682-1683
AUGUSTIN LE BRAS & BASTIEN LE BRAS

-- 1697
FRANCOIS LE BRAS
NICOLAS LE BRAS

-- 1613
JAN ELOUET (?)
JAN POSTEC de Toulbozen
JAN CLOAREC

-- Aveu 1699
Voir aveu de la quévaize de « Toulbozen / Turboden » cy après ?"


et


"Le village de Kerencuruff :

-- 1648-1649-1650-1651-1652-1653-1654-1655-1656-1657-1658

LOUIS GUILLAUME pour sa quévaize doibt :
par argent 6 sols 3 deniers

Idem pour une pièce de terre de nouvelle baillée nommée « le vieux chatau (?) » sittuée au terrouer de Keruel et Kerarun doibt :
par argen 4 sols mon
poulles 1 poulle
________
cy en tout mon 19 sols 6 deniers

Pocesseurs :
PRIGENT PENVERN
MARGUERITTE LE BRIS modo JAN TRELLU son gendre
HERVE LABOUZ mary de MARGUERITTE PENVERN (note personnelle : il y a eu interversion des prénoms : il s'agit ici de CATHERINE PENVERN)
JAN ALLAIN mary de CATHERINE PENVERN (note personnelle : il y a eu interversion des prénoms : il s'agit ici de MARGUERITTE PENVERN)


-- 1671-1672-1673-1674-1675
JAN ALLAIN
HERVE LABOUSSE
AUGUSTIN LE BRAS
ALLAIN MAREC
MARIE PAULT (?)

-- 1678-1679-1680-1681-1682-1683
YVON ALLAIN
AUGUSTIN LE BRAS

-- 1697
YVES ALLAIN

-- 1613
MAHE PENVERN"



Pour tous les villages il est difficile en lisant les rentiers de savoir si le nom donné aux quévaises est celui du détenteur à l'époque du paiement, celui du premier détenteur ayant signé le bail ou du dernier qui l'a renouvelé. Cependant les deux historiques précédents montrent que dans le rentier des années 1650 les détenteurs n'étaient pas des GUILLERM malgré l'intitulé des quévaises.
Si nous considérons par exemple que celui qui a donné son nom à la quévaise "Louis Guillaume", c'est à dire un "Louis GUILLERM" était le premier détenteur du bail il n'est pas interdit de penser que, compte-tenu de l'existence d'un Louis GUILLERM fils de Jean et Marguerite BEON, ce Louis GUILLERM est en fait l'ancêtre de toute la fratrie, mais c'est de la pure spéculation.




Enfin une remarque étonnante concernant ces GUILLERM de Goulaouren. Sur plusieurs générations certains des hommes de la famille ont eu des "surnoms" qui apparaissent sur de nombreux actes :

- En 1613 un Yvon GUILLERM dit "Gouz" (Goas ?) est détenteur de la quévaise "Pierre Urvoas" à Goulaouren

- En 1641 un Jan GUILLERM est dit "Crac" (?) dans un relevé de fondation à Rumengol (sans garantie qu'il s'agisse de la même famille)

- En 1669 Yves GUILLERM (x Marguerite JOBARD) est dit "le mineur" dans l'acte de baptême de l'un de ses enfants; en 1674 il est dit "Couzze" lors du baptême d'un autre de ses enfants, en 1680 il est à nouveau dit "Couze" (Gouz ou Goas ?) lorsqu'il prélève la dixme du village de Goulaouren avec d'autres détenteurs et dit "Couce" encore lors de son décès en 1685.

- En 1674 un Guillaume GUILLERM est dit "Cous" dans un acte de baptême d'un enfant de Marc LE BRIS et Françoise MEVEL

- En 1706 un Jean GUILLERM de Goulaouren, x de Marie COUCHOURON, est dit "le jeune" lors du baptême d'un de ses enfants.

- Enfin il me semble que Guillaume GUILLERM (x Jeanne MORVAN) est aussi affublé d'un surnom dans un des actes le concernant que je n'ai pas retrouvé.




Bonne lecture.



Cordialement.


Joël
Joël Morvan
CGF n°953

patrick
Messages : 291
Enregistré le : 09/10/2011 21:17
Localisation : (29) Brest

Messagepar patrick » 14/01/2015 20:35

Bonsoir Joël, Chantal et à tous

Merci pour ces informations. Je ne me souviens pas vraiment de mon raisonnement pour trouver le filiation mais à vue de nez je pense que je me suis basé sur le fait que Guillaume GUILLERM est né au village de Goulaouren en la paroisse d'Hanvec et Jean GUILLERM, son père supposé, est mort dans le même village.

Effectivement, la présence du Jean GUILLERM comme témoin lors de l'inhumation m'avait laissé songeur...

Merci de me le rappeler.

Cordialement

Patrick

patrick
Messages : 291
Enregistré le : 09/10/2011 21:17
Localisation : (29) Brest

Messagepar patrick » 14/01/2015 20:49

Rebonsoir,

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la signification de Quevaise: c'est une forme de succession utilisée par quelques seigneuries ecclésiastiques en Bretagne.

Pour le détail voici la définition qu'en donne Wikiépdia:
Le quevaisier ne peut aliéner ou vendre le bien sans la permission du seigneur et alors le droit de mutation est très lourd (du quart à la moitié du prix de vente). Sur les quevaises le champart est élevé (du 1/7° au 1/4 de la récolte). En cas de succession directe c'est l'enfant le plus jeune qui prend le bien (voir juveigneurie), payant à ses frères et sœurs leurs parts d'héritages. Si le quevaisier meurt sans héritiers directs (succession « sans hoirs »), la terre revient au seigneur ecclésiastique propriétaire1.

Généralement, le quevaisier devait cultiver chaque année au moins la moitié des "terres chaudes" (bonnes terres, fumées et amendées, cultivées principalement en céréales (avoine, orge, seigle, peu de froment), en blé noir, en navets et fèves, etc.. afin de ne pas léser le seigneur qui prélevait une partie des récoltes. Les "terres froides", appelées "gaigneries", cultivées épisodiquement, couvertes le plus souvent de lande ou ensemencées en ajoncs, étaient cultivées de temps à autre après écobuage et défrichement à la marre (sorte de bêche), étaient alors ensemencées en seigle et soumises à champart : le prélèvement du seigneur était en moyenne de 3 gerbes sur 20. Le quevaisier versait aussi une petite redevance pour le droit de pâturage et d'occupation des landes et fournissait quelques « gélines » (volailles) au seigneur.

autre définition de Jeanne LAURENT dans Un monde rural en Bretagne:

est une institution médiévale de droit privé qui s’est maintenue jusqu’à la Révolution dans cette basse Bretagne qui parle breton [1].

Encore ne s’y appliquait-elle qu’à certaines terres qui dépendaient de deux ordres religieux : celui des Cisterciens (abbayes de Bégard et du Relec) et celui des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dit ordre de Malte depuis le XVIe siècle [2].

On chercherait en vain les règles de la quévaise dans la Très Ancienne Coutume de Bretagne, le plus ancien recueil de droit breton.

Les gens de justice qui l’ont spontanément rédigé, entre 1312 et 1325 environ, voulaient « faire connaître aux praticiens les règles suivies devant les tribunaux et éviter aux autres les incertitudes et les embarras dont ils avaient eux-mêmes souffert » .

Ils dégageaient ce qui était commun à toute la Bretagne, sans traiter des particularités locales, se contentant de rappeler qu’elles avaient un caractère obligatoire.

Pour les historiens contemporains, comme pour les jurisconsultes de l’Ancien Régime, les deux dispositions les plus surprenantes du droit de quévaise sont que, d’une part le plus jeune des enfants (le juveigneur) bénéficie des avantages habituellement réservés à l’aîné et d’autre part la succession collatérale n’y est pas admise, même s’il s’agit de frères et de soeurs."

Cordialement

Patrick

Avatar de l’utilisateur
Joël Morvan
Messages : 1294
Enregistré le : 22/11/2006 21:54

Messagepar Joël Morvan » 15/01/2015 14:28

Bonjour Chantale, bonjour Patrick, bonjour à tous,



Merci Patrick pour ces définitions utiles. Pour info je crois qu'au début d'un des registres d'aveux de la Commanderie de La Feuillée en série 41 H aux AD à Quimper il y a un texte définissant les règles de la quévaise; je ne l'avais pas photographié à l'époque et je le regrette car je pense qu'il en donnait la définition complète rédigée par le seigneur lui même.


Pour poursuivre sur Jean GUILLERM x Marie DUOT, quelques infos sur cette dernière :

Marie DUOT était fille d'un Jean DUOT décédé avant 1699 comme le montre cet historique d'une autre quévaise de Goulaouren :


"Le village de Golloran :

-- 1648-1649-1650-1651-1652-1653-1654-1655-1656-1657-1658

Les dicts JAN LURVOATZ et YVON LURVOATZ pour leur quévaize doibveu :
par argen 12 sols mon

Idem le dict YVON LURVOATZ pour un pré de nouvelle baillée :
5 sols mon
en poulles 1 poulle
________
cy en tout 26 sols 6 deniers

Pocesseurs :
YVES LE BRIS
HERVE LE BRIS
CHARLES PRIGENT
HAMON URVOATZ

-- 1671-1672-1673-1674-1675
YVON COUCHOURON
CHARLES PRIGENT
HERVE LE BRIS

-- 1678-1679-1680-1681-1682-1683
YVON COUCHOURON
CHARLES PRIGENT
HERVE LE BRIS
GUILLAUME ROUX & YVES ROUX

-- 1697
OLLIVIER DANIEL
YVES COUCHOURON

-- 1613
JAN AN URVOATZ

-- Aveu 1699 IMG 9636
YVES COUCHOURON (x + MARIE PRIGENT) de Goulaouren tient de + CHARLES PRIGENT son beau-père
GUILLAUME URVOAS & JAN URVOAS frères de Pont Menez tiennent de ?
MARIE DUOT (x JAN GUILLERM) de Goulaouren tient de + JAN DUOT son père
GUILLAUME LE ROUX de Goulaouren tient de + ses père et mère
CATHERINE LIZIARD (x HERVE LE BEON) de Lesvenez (& JAN LIZIARD de Goulaouren?) tiennent de + MARIE LE BRIZ leur mère
JANNE LE BRIZ (x + HERVE LAHAY) de Goulaouren tient de + son père
SEBASTIEN LE BRIZ de Goulaouren tient par acquisition
JAN COSTIOU de Botfranc tient de ?
CATHERINE LE BRIZ (x + JEAN LAPOUCE) et LAURENS LAPOUCE son fils de Goulaouren tiennent de patrimoine (de ?) et par acquisition"


La mère de Marie DUOT devait être Françoise URVOAS. En effet :
- un couple Jean DUOT x Françoise URVOAS vivait au Rundrez où il a eu 2 enfants avérés, François en 1672 et Catherine en 1675.
- Il existe un bail de 1693 (ADB 13 B 123) montrant que Marie DUOT était soeur d'un Jean et d'un François DUOT fils d'un Jean du Rundrez :

" 29/03/1693 : IMG 0118/0119
Bail par JAN GUILLERM de Goulaouren comme mary de MARYE DUAULT à JAN DUAULT son beau-frère demeurant au lieu du Rundrez, pour le terme de 9 ans de tous ses droits pour la portion d'héritages échus au dit GUILLERM au dit nom par partage passé entre les dits desnommés et leurs autres confrères et sœurs au lieu du Rundrez tenus en droit congéable sous le Seigneur de La Villeneuffve Kersulguen, pour la somme de 4 livres par an. Et le dit JAN DUAULT déclare délaisser … les héritages situés au lieu de Goulaouren échus par la succession de autre JAN DUAULT leur père. En l'endroit s'est comparu FRANCOIS DUAULT demeurant au lieu du Rundrez aussi frère aux dits desnommés lequel baille aussi au dit GUILLERM ses héritages au dit lieu de Goulaouren pour la somme de 3 livres par an"

Dans la mesure où il semble ne pas y avoir d'autre Jean DUOT au Rundrez à cette époque je pense qu'on peut retenir sans crainte le couple Jean DUOT x Françoise URVOAS comme parents de notre Marie DUOT.


On notera que Marie DUOT dit avoir hérité d'une partie de la quévaise "URVOAS" par son père mais il semble bien que le bien venait de sa mère Françoise URVOAS celle-ci sans doute fille du Hamon URVOAS qui était désigné parmi les possesseurs de cette quévaise dans les années 1650.




Bonne lecture.


Joël
Joël Morvan

CGF n°953

Avatar de l’utilisateur
Joël Morvan
Messages : 1294
Enregistré le : 22/11/2006 21:54

Messagepar Joël Morvan » 15/01/2015 17:09

Re,




Trouvé à la fin d'un des aveux de 1699 les obligations du quévaisier; voir photo :


Image


Il est possible qu'il y ait eu plusieurs types de quévaises car ce texte infirme la description faite sur Wikipedia concernant l'héritage. Il est dit ici que les enfants pourront se partager la quévaise à la mort de leur père et mère.



Cordialement.


Joël
Joël Morvan

CGF n°953

patrick
Messages : 291
Enregistré le : 09/10/2011 21:17
Localisation : (29) Brest

Messagepar patrick » 18/01/2015 9:26

Bonjour,

Grand merci Joël. Grâce à votre travail je vais pouvoir continuer le travail sur cette branche que j'avais un peu délaissé. Le patronyme GUILLERM m'est proche puisque c'est le nom de ma mère.
J'espère que nous pourrons retrouver des actes permettant de faire le lien de filiation incontestable entre le couple Jean GUILLERM X Marie Marie DUOT et Guillaume GUILLERM.
Peut être avec d'éventuelles dispenses de consanguinité au cours du 18ème siècle, ou contrat de sépulture?!
Mais il me semble que vous avez déjà bien fouillé de votre côté, mais par le biais d'une autre branche, sait-on jamais!

Cordialement

Patrick

patrick
Messages : 291
Enregistré le : 09/10/2011 21:17
Localisation : (29) Brest

Messagepar patrick » 02/02/2015 15:46

Bonjour,

Je suis allé ce matin faire une petite balade à Brennelis (le paysage est toujours aussi beau autour du lac et il y avait un peu de neige). J'en ai profité pour passer à la mairie de Brennilis.

J'ai consulté l'acte de mariage entre Jean Urbain PRIGENT et Marie Anne SALAUN, qui a été rédigé le 13/11/1892.
Il est dit, concernant les parents de Jean Urbain que ceux-ci étaient décédés. Guillaume PRIGENT est mort à Brennilis le 10/04/1883 et Marie Jeanne GUILLERM est décédée le 30/04/1887 toujours en la commune de Brennilis.

J'avais espéré un peu naïvement retrouver la date de décès de Marie Anne CALLEC sur celui de sa fille Marie Jeanne GILLERM, et ben non!!! :(

En outre Jean Urbain PRIGENT déclare (après serment devant témoins! Cela ne rigolait pas à l'époque!) lors de son mariage qu'il ignore le lieux et la date de décès de ses aïeuls paternels et maternels.

Une petite précision l'acte de mariage est le n°10 du registre des mariages de l'année 1892 (A.M de Brennilis).

Jean Urbain signe l'acte, mais sa signature n'est pas très assurée.

Concernant l'acte de décès de Marie Jeanne GUILLERM, il porte le numéro 6 sur le registre des décès de l'année 1887. Et là, première surprise, l'acte de décès est du 1er mars 1887! Le décès étant daté de la veille (donc le 28/02/1887) ayant eu lieu à 10 heures du soir chez son fils. Elle était âgée d'environ 57 ans et demeurée au bourg de Brennilis. Concernant sa filiation il est juste écrit fille de Jean et de Marie et puis veuve (le mot veuve est barré) de Guillaume PRIGENT.

Jean Urbain qui est venu déclarer le décès de sa mère n'a pas signer l'acte.

Concernant Guillaume PRIGENT, la date de l'acte est la bonne soit le 10/04/1883. Son nom est orthographié BRIGEN, mais il est précisé dans l'acte qu'il est l'époux de Marie Jeanne GUILLERM. Donc pas de doute sur l'individu. La date et l'heure du décès ne sont pas précisés. Il est dit qu'il était âgé d'environ 66 ans et était domicilié au bourg de la commune de Brennilis. L'acte de décès est le numéro 7 du registre des décès de l'année 1883. Les témoins et déclarants étaient des voisins (MOUSTER Allain et NICOLAS François).

J'ai fait d'autres recherches et j'ai retrouvé les actes de décès des sœurs de Jean Urbain.

-Marie Louise PRIGENT, décédée le 31/12/1890 à 5 heures du soir au bourg de Brennilis. L'acte est porte le numéro 34 sur le registre des décès de l'année 1890. Marie Louise était âgée de 29 ans et était déclarée comme journalière. Son frère Jean Urbain, alors âgé de 25 ans, tailleur de pierre résidant au bourg de Brennilis, est témoin déclarant et il signe.

-Marie PRIGENT est décédée le 28/11/1872 au village Le Flaconnier en la commune de Brennilis, à l'âge de 10 ans. L'acte de décès porte le numéro 41. Les témoins déclarants sont des voisins (NAY Louis et GALL Jean)

Voilà pour la famille PRIGENT - GUILLERM, c'est un peu triste, tous ces morts en si peu de temps. L'époque était rude et le santé publique bien misérable.

Et je suis toujours bredouille concernant l'acte de décès de Marie Anne CALLEC. Je vais essayer du côté des registres notariaux, il me semble qu'il y a des registres référençant les morts par période, si je ne m'abuse.

Cordialement

Patrick

Chatou27130
Messages : 16
Enregistré le : 25/11/2014 11:59
Localisation : Normandie

Merci Patrick

Messagepar Chatou27130 » 02/02/2015 20:50

Bonsoir Patrick et tous les autres...

Merci beaucoup pour toutes ces informations sur les PRIGENT, pour l'instant je stocke tout un peu comme une éponge et je vais compléter mes fiches une par une pour être sûre de ne rien oublier.

Les archives notariales sont peut-être conservées à BREST et il est vrai que cela peut être une vrai mine d'or pour le généalogiste, mais il faut savoir dans quels actes chercher, et pas seulement dans les successions.

Je n'ai jamais vu Brennilis en hiver, seulement au mois d'août. A ma prochaine visite j'essaierai d'aller à LA FEUILLÉE où j'ai aussi des recherches à faire.

Bon courage. Cordialement.
Chantale

patrick
Messages : 291
Enregistré le : 09/10/2011 21:17
Localisation : (29) Brest

Messagepar patrick » 23/02/2015 20:19

Bonsoir à tous,

Je viens de consulter les registres concernant les tables des décès, cote 3 Q 4778 (années 1859-1867) et 3 Q 4779 (années 1867-1872) bureau de Daoulas et je n'ai malheureusement pas trouvé la date ni le lieu du décès de Marie Anne CALLEC.
J'ai aussi cherché du côté des Brest (son fils Jean GUILLERM s'étant installé à Recouvrance), et rien non plus. Du côté de sa fille, Marie Jeanne, partie s'installer à Brennilis, je n'ai pas eu plus de succès.

Si quelqu'un a une idée de recherche je suis preneur.

Cordialement

Patrick


Retourner vers « Familles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Cazuc Dom, ellegoet, Patricia et 96 invités