Familles De PARCEVAUX

Forum réservé à la recherche d'ancêtres. Indiquez en TITRE (un PATRONYME, un LIEU, même approximatif et une DATE, même approximative) pour chacun de vos messages Ex : "Naissance F.THOMAS, environ de Plouguin vers".
Indiquez également si vous avez ou non consulté la base Récif. Pour tout autre sujet généalogique, utilisez un des autres forums de la rubrique "Généalogie".

Modérateur : L'équipe du forum

Avatar de l’utilisateur
Jean Claude Bourgeois
Modérateur
Messages : 9601
Enregistré le : 07/05/2007 19:23
Localisation : (60) Compiègne

Messagepar Jean Claude Bourgeois » 28/01/2010 18:23

Dernier message de la page précédente :

Pour continuer les histoires d'amour de cette famille, voici un petit résumé (trouvé sur le net mais dont j'ignore l'auteur) de l'histoire de la Belle et du Brigant :

Histoires d'amour de nos régions.
La Fontenelle, Ar Bleiz "le Loup".

Guy EDER de La Fontenelle, surnommé Ar Bleiz "le Loup", est un brigand de grand chemin, né vers 1575 et de petite noblesse, qui profite de la guerre civile qui s'étend de France vers la Bretagne pour mettre le pays à feu et à sang. A la tête de quatre cents cavaliers, il pille châteaux et villages.

Il s'attaque au manoir de Mezarnou, (habité par Hervé de PARCEVAUX) à peine remis d'un pillage, et qui n'est plus que ruine.
Il n'y a plus rien au manoir, ni meuble, ni boiserie, ni bétail, que la dame du manoir (Renée de COETLODON, veuve de Lancelot LE CHEVOIR), seule; mais elle a une fille de huit ans, Marie Le Chevoir, son héritière.
La Fontenelle, dépité devant le dénuement de la dame qui n'a plus un seul bijou, s'empare de Marie, sa fille.
Qu'espère-t-il ainsi? Une rançon? Se venger? Nul ne le sait. Mais il enlève la petite fille sur son cheval et l'emporte. Sa mère crie, sa nounou crie, les servantes implorent, toutes pleurent, sauf Marie. Elle regarde le bel homme solide qui la serre dans ses bras, droit dans les yeux, et lui déclare: " Vous serez obligé de m'épouser".
Ar Bleiz éclate d'un formidable éclat de rire. Longtemps qu'il n'a pas ri autant. La gamine lui plaît.
Peut-être vais-je t'épargner fillette?" "Je ne suis pas une fillette, répond-t-elle du tac au tac, et bientôt je serai une femme et je vous choisirai comme époux"

Ar Bleiz, le Loup, avec regret mais fermeté, la dépose au couvent. "Je vous la confie, ma mère, faites-en une dame".
La mère supérieure s'incline et s'empare fermement du poignet de la fillette qui se débat. "Mais je veux rester avec vous" lui dit-elle, en s'accrochant à la selle. "Je vais là où le danger m'appelle, fillette". "J'irai aussi, je n'ai pas peur, je vous aiderai".
Emu comme il ne l'a jamais été, le Loup pose un baiser rapide sur le front de Marie. Elle lève hardiment le visage et lui effleure les lèvres. Le galop emporte son au revoir. "Adieu Marie, sois sage et devient belle". Et il disparaît dans les bois.

Enfermée dans le couvent, Marie doit accepter ce que sa nature rétive refuse. Ne pas asperger d'eau ses voisines, ne pas rire aux éclats, ne pas se coucher nue, ne pas courir en relevant ses jupes. Ne pas soupeser ses seins pour voir s'ils deviennent enfin lourds. Elle surveille chaque jour, se désole de sa platitude, de ses jambes grêles, de ses hanches à peine esquissées.
Elle prie comme on rage. Et harangue Dieu pour qu'il la fasse sortir.
Les années passent, le printemps arrive avec ses 14 ans. Elle a ce qu'elle espérait: une taille fine, une gorge pleine et un regard qui ne plie jamais. Mais on semble l'avoir oubliée dans son couvent. Personne ne sait qu'elle est là, au secret, à part lui. Lui, dont elle rêve chaque nuit depuis 6 ans. Qu'elle attend sans jamais se lasser. Elle sait qu'il va venir. Elle en a la conviction absolue. Ce sera un matin très tôt? Un soir, dans le crépuscule de la lumière?

Ce sera un matin, alors que tout le monde dort encore. L'homme qui se tient dans la cour de l'abbaye est plutôt gros et lourd. Il s'annonce. Marie a soudain peur. A-t-il pu tant changer en six ans? Non, c'est impossible. On lui sert victuailles, eau coupée de vin, pain chaud. Marie tremble. Il rote, et annonce qu'il est le serviteur du seigneur. Elle respire.
" Le seigneur de la Fontenelle est derrière moi et il vient chercher la demoiselle", dit-il encore. Ar Bleiz le Loup s'avance, droit, élégant, ses cheveux sont argentés mais il a la même morgue. Ils se regardent droit dans les yeux. Il sent le cheval, elle a encore sa robe de novice. Le prêtre dans le jardin pose une main sur la bible, au-dessus de leurs têtes, et elle dit "oui". Il l'emporte sur son cheval. Il lui apprend à tenir une arme, à se battre, à monter à cru. A galoper à la tête des hommes. A ne jamais se plaindre. Elle met au monde leur enfant dans les bois. Elle est devenue une louve. Comme lui.
Lorsque la police du roi le captura, lui, le Loup, elle ne pleura pas. Il fut roué en place de grève. Et la dernière chose qu'il entendit, ce fut le chant de la louve, beau et long, qui lui disait son amour. :wink:


Un livre intéressant sur cette histoire :
Le Brigand de la Cornouailles, chronique bretonne sous la Ligue,... par Moreau, Louis-Guillaume, 1860
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5 ... pagination

Et pour revenir sur terre : :twisted:
Un document datant de 1619 (Arch. Côtes d’Armor – 53 J 11), prétend que ce sont Hervé de Parcevaux et Renée de Coetlogon qui « baillèrent prodvitoirement et livrèrent ladicte Le Chevoir de leur propre auctorité à Messire Guy Eder, sieur de La Fontenelle pour la luy faire espouser sans advis de parents ni décret de justice ». Est-ce par contrainte ou par nécessité, on ne le saura jamais.
:wink:
Amicalement :wink:
Jean Claude

monique simon
Messages : 24
Enregistré le : 20/09/2009 18:58
Localisation : (78)

les grandes familles bretonnes

Messagepar monique simon » 29/01/2010 15:23

Grand merci, Jean-Claude, pour ces beaux récits passionnants. Je viens de passer un excellent moment.

Je n'aurais jamais cru les aristocrates bretonnes aussi dévoyées que celles dont vous racontez si bien la vie........je n'avais entendu parler que de saintes femmes toutes à leurs oraisons et à leurs nombreux enfants, soumises à leurs maris.

Comment arrivez-vous à trouver toute cette documentation ?

Avatar de l’utilisateur
Jean Claude Bourgeois
Modérateur
Messages : 9601
Enregistré le : 07/05/2007 19:23
Localisation : (60) Compiègne

Messagepar Jean Claude Bourgeois » 29/01/2010 16:30

Bonjour Monique et merci.

Mes "histoires" sont issues d'ouvrages (en général du 19eme siècle) numérisés et consultables sur le WEB (Google Books, BNF-Gallica, Collections Généanet, Hermine ...), et autres sites (souvent des communes) historiques ou divers forums comme Noblesse Bretonne...

J'ai donc terminé, provisoirement, ma revue généalogique de cette famillle, et avant de passer à une autre, j'ai donc mis en ligne :

- L'arbre généalogique sur Généanet :

http://gw2.geneanet.org/index.php3?b=jc ... +parcevaux

- Le recueil de mes notes (89 pages) consultable et téléchargeable au format word (copies libres) à cette adresse :

http://sites.google.com/site/tiralarc2/ ... -parcevaux
Amicalement :wink:
Jean Claude

Avatar de l’utilisateur
alaing44
Messages : 1008
Enregistré le : 18/06/2008 17:39
Localisation : (91) Gif-sur-Yvette

Messagepar alaing44 » 01/02/2010 8:54

Bonjour Jean Claude,

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt et d'amusement les "aventures" des PARCEVAUX. Bravo pour la richesse de cette documentation.

Vous faites référence plusieurs fois à un certain KERDANET :?:
Serais-ce par hasard Daniel Louis Olivier MIORCEC de KERDANET (1792-1874) qui était ,outre Avocat et Maire de Lesneven, Archéologue et Historien de la Bretagne ? J'ai un petit doute que, je suis sur,vous saurez écarter :wink:

Cordialement,
Alain Gautier - cgf11288 site : https://gw.geneanet.org/alaing44_w

Avatar de l’utilisateur
Jean Claude Bourgeois
Modérateur
Messages : 9601
Enregistré le : 07/05/2007 19:23
Localisation : (60) Compiègne

Messagepar Jean Claude Bourgeois » 01/02/2010 9:12

Bonjour,

J'ai aussi un petit doute sur votre question :?: :wink:

J'ai recherché dans mes notes, et la seule référence à KERDANET est Suzanne de Guermadeuc, Dame de Kerdanet, mais deux siècles plus tôt, vers 1620 ????

Je n'ai peut être pas l'esprit clair après ce dur WE :wink:
Où avez vous trouvé cette référence (plusieurs fois ? ) :?:
Amicalement :wink:
Jean Claude

Avatar de l’utilisateur
alaing44
Messages : 1008
Enregistré le : 18/06/2008 17:39
Localisation : (91) Gif-sur-Yvette

Messagepar alaing44 » 01/02/2010 10:24

La question m' est venue car j' ai , dans ma généalogie personnelle , plusieurs Miorcec de Kerdanet, plus ou moins cousins "à la mode de Bretagne". On trouve les Miorcec de Kerdanet sur Lesneven (famille de notables : procureurs , avocats...).
J'avais trouvé sur internet des sites faisant mention d'ouvrages de Daniel Louis Olivier Miorcec de Kerdanet :
http://www.viaouest.com/BIBLIOB001BW4TD ... ok-fr.html
http://www.bm-rennes.fr/publications/fd ... eo.htm#450

Je n'ai rien sur cette Suzanne de Guermadeuc :cry: Donc pour le moment le doute persiste et il n' y a peut-être qu'une simple coincidence :?:

On trouve le titre de Kerdanet à partir du X du GP de Daniel :
11/01/1746 Lesneven (Pays : Lesneven ) Mariage
MIORCEC Jacques
Fils de Julien et de FLOCH Jeanne
Notes concernant l'époux : Sieur de Kerdanet, procureur au siège royal de Lesneven / signe
BRICHET DE KERBRESANT Louise Charlotte, mineur
Fille de Daniel , décédé et de GODEFFROY Marguerite Guillemette, décédée
Notes concernant l'épouse : Dselle / décret de mariage / le père sieur de kereffran, procureur et notaire au siège royal
Témoins : Olive Godeffroy, Onfrey, Mesangroas Onfrey (signatures)

Cordialement,
Alain Gautier - cgf11288 site : https://gw.geneanet.org/alaing44_w

Avatar de l’utilisateur
Jean Claude Bourgeois
Modérateur
Messages : 9601
Enregistré le : 07/05/2007 19:23
Localisation : (60) Compiègne

Messagepar Jean Claude Bourgeois » 01/02/2010 10:45

J'ai bien une MIORSEC de Kerdanet, mais dans la généalogie de KEROUARTZ :wink:

10/03/1805 Lesneven (Pays : Lesneven ) Mariage
KEROUARTZ Louis, né à Lannilis
Fils de François , décédé et de TOUSSAINT Marie Jeanne
veuf de LAPORTE VESINS Mathurine
MIORCEC Aimée
Fille de Daniel et de LE GUELL Marie Jeanne

Fille de Daniel Nicolas Miorsec de Kerdanet et Marie Jeanne Le Guell des Places

Louis de Kerouartz
Un noble, soldat républicain pendant la Révolution

Dans sa séance du 30 fructidor An IV, l'administration du département réunie à Quimper sous la présidence du citoyen Cambry, assisté des citoyens Abgrall, Miorcec, Fenigan, et Le Gall La Lande, avait pris une décision qui avait causé une certaine surprise dans la région ; elle avait accordé " au citoyen Louis Kerouartz, la jouissance provisoire de tous les biens et indivis entre lui et la Nation aux droits de ses frères et sœurs émigrés, situés dans le département et notamment sous les bureaux d'enregistrement de Lannilis, Lesneven, Landerneau, Landivisiau, Morlaix, Brest, Pol-de-Léon et autres, à la charge d'entretenir les baux s'il y en a, et fournir caution devant l'administration municipale de Lannilis et de rendre compte lors de la liquidation définitive et du partage ". Quelque temps après, Jean-François Salaun (ce dernier était procurateur du marquis de Pemmarc'h de St-Frégant qui n'avait pas non plus émigré) demeurant dans notre bourg, se présentait devant maître Masson, notaire à Lannilis, pour se constituer caution de la jouissance provisoire " de tous les biens et indivis entre la Nation aux droits de six Kerouartz émigrés, et Louis Kerouartz, leur frère, accordée à ce dernier ".

Qui était donc ce Louis Kerouartz, seul membre de la famille qui n'avait pas émigré et qui était aussi l'objet d'une mesure de faveur de la part des autorités révolutionnaires ?
C'était un brillant officier de Marine, qui était doublement Kerouartz, à la fois par son père et par sa mère. Celle-ci, Marie-Jeanne-Louise-Charlotte de Kerouartz, avait hérité en l'absence de mâle, du beau château de Kerouartz et des terres y dépendant. Par un heureux mariage avec un cousin issu de germain, Messire François-Jacques de Kerouartz (de la branche de la Motte) elle avait pu conserver son nom tout en apportant au jeune baron de Kerouartz - La Motte le titre de marquis. Ils avaient eu sept enfants. A la révolution, leurs parents, six des enfants émigrèrent dont le chef de nom et d'armes, le jeune marquis. Seul, Louis de Kerouartz, affichant des sentiments opposés à ceux des autres membres de sa famille, allait accomplir une carrière remarquable dans les rangs de l'armée républicaine.

En janvier 1790 déjà, Louis de Kerouartz avait représenté son frère, le marquis, au baptême d'une cloche à Lannilis. A la fin de cette année, il embarquait comme lieutenant de vaisseau à bord du navire " L'éole " qui se rendait à Saint-Domingue. Il resta deux ans dans ces parages, puis débarqua à Paimbœuf , près de Nantes, le 1er Janvier 1793.
Pendant six mois, il résida à Nantes, hésitant peut-être sur la conduite à tenir dans cette période difficile et dangereuse. Le 23 juillet 1793, il se rend à Saumur, où il rentre au 7ème Régiment des Hussards. Trois jours plus tard, il est dirigé sur la Vendée où l'armée républicaine se heurte violemment à l'armée catholique et royale. Fourrier, le 1er pluviôse an II, Louis Kerouartz sert avec " zèle, courage et civisme " jusqu'au 15 fructidor, date où il est muté dans l'armée de Sambre et Meuse. Brigadier fourrier de la 2ème Compagnie du 1er Régiment de Dragons, le 13 fructidor An II, il y demeure jusqu'au 13 germinal, an III.

Bientôt la maladie l'atteint, et le 4 thermidor An III, il entre à l'hôpital militaire de Bruxelles. Il ne tarda pas à y être réformé et il vient se fixer à Limoges-Fourches, canton de Brie (Seine et Marne). La nostalgie de sa Bretagne natale le saisit alors et il obtient un passeport pour s'y rendre. Le 27 thermidor, il est à Avranches, le 4 fructidor à Morlaix, le 6 à Quimper le 8 à Brest et enfin le 10 à Lannilis.

Pendant son absence, un certain William Foster, citoyen américain, demeurant à Morlaix a fait le 10 messidor An IV " une soumission d'acquisition des manoir, métairie et moulin de Lézérazien en Guiclan " appartenant aux Kerouartz. Louis de Kerouartz proteste et l'administration du Finistère lui donne raison dans les termes suivants:
" Considérant qu'aucune prescription, aucune fin de non recevoir ne peut être opposée à un défenseur de la Patrie, qui a combattu pour elle sur mer, contre la Vendée et dans les armées triomphantes de Sambre et Meuse et devant Mayence jusqu'en Thermidor An IV, sans interruption et tant que sa santé lui a permis. Il sera sursis à toute vente de bien indivis entre la République et le citoyen Louis Kerouartz.
Amicalement :wink:
Jean Claude

Avatar de l’utilisateur
alaing44
Messages : 1008
Enregistré le : 18/06/2008 17:39
Localisation : (91) Gif-sur-Yvette

Messagepar alaing44 » 01/02/2010 11:46

Effectivement Louis KEROUARTZ était donc le beau-frère de Daniel Louis Olivier Miorcec de KERDANET :

18/08/1792 Lesneven (Pays : Lesneven ) baptême ou naissance
MIORCEC Daniel Louis Olivier Marie Enfant de Daniel Nicolas, Maire de cette commune
et de GUELL Marie Jeanne

Je n'avais pas répondu à votre question sur où j' ai trouvé (plusieurs fois) la référence KERDANET : c'est sur cette même file :

Des incidents qui seront rapportés plus loin, Kerdanet, généalogiste à la dévotion de Kerjean, ne souffle mot dans sa Notice et son silence n'est que trop compréhensible.
Quelques lignes de la correspondance de Missirien, publiée par M. de Rosmorduc, éveillèrent mon attention et m'engagèrent à des recherches qui ne furent pas toujours heureuses mais m'en apprirent assez cependant pour me permettre de reconstituer à grands traits la vie incroyablement féconde en péripéties de René Barbier, deuxième du nom, et de Joseph-Sébastien Barbier, son fils

Ce second René avait épousé en 1627, à l'âge de quatorze ans, Françoise Parcevaux, âgée elle-même de douze ans, fille et héritière d'Alain Parcevaux, seigneur de Mézarnou, la Palue et autres lieux, et de Suzanne de Guémadeuc, dame de Kerliver.
Kerdanet se borne à dire qu'elle « aimait la toilette à la passion » et que sa beauté avait donné lieu au proverbe : Caer eo, var ar nienou, Evel princes a Mézarnou

Née « dans la grande chambre du château de Kerjean », le 25 mai 1724, Suzanne-Augustine de Coatanscour ne démentit point cette noble origine.
Je veux bien qu'elle ait été belle, puisque Kerdanet s'en porte garant, mais elle a laissé surtout une réputation d'arrogance qui perce au travers des lignes du panégérique de Kerjean.
Cette fière personne ne trouvait aucun parti assez haut pour elle.
Elle en rebuta tant qu'elle faillit sécher sur tige.
Alain Gautier - cgf11288 site : https://gw.geneanet.org/alaing44_w

Avatar de l’utilisateur
Jean Claude Bourgeois
Modérateur
Messages : 9601
Enregistré le : 07/05/2007 19:23
Localisation : (60) Compiègne

Messagepar Jean Claude Bourgeois » 01/02/2010 12:17

Il semble que ce Miorsec de Kerdanet ait eu accès à des documents sur le chateau de KERJEAN qui servent maintenant de référence.

Ses publications : ( repris de : La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique des savants,...Quérard, Joseph-Marie (1796-1865), 1827-1839)

MIORCEC DE KERDANET ( Daniel- Louis-O-M.), historien, avocat et docteur en droit, ex-bibliothécaire de la ville de Rennes; né à Lesneven, en 1793.

— Abbatià (de) sancti Mathoei Penterbert in Britannià. 1826, in-18.

— Histoire de la langue des Gaulois, et par suite de celle des Bretons , pour servir à l'Histoire générale de France, de Velly, Villaret, Garnier et Dufau. Rennes, Duchesne , 1821, in-8 de 88 pag.

■■ Notice sur l'ancienne ville d'Ocismor. Brest, de l'impr. de Rozais, 1829, in-12 de 18 pag.

— Notice sur la ville de Lesneven. Rennes, 1325 , in-18.

— Notice sur le château de la Roche-Morice , près Landernau. Nantes, 1824, in-8.

— Notice sur le royaume d'YIly. 1826, in-18.

— Notice sur les domaines congéables. Rennes, 1822, in-8.

■— Notices chronologiques sur les théologiens , jurisconsultes, philosophes, artistes, littérateurs , poètes, bardes, troubadours et historiens de la Bretagne , depuis le commencement de Père chrétienne jusqu'à nos jours, avec deux tables : la première présentant, dans l'ordre alphabétique, tous les personnages dont il est fait mention dans ces notices; la seconde les rapportant aux villes et lieux auxquels ils appartiennent. Brest, de l'impr. de Michel, mars 1818, in-8 de IV et 504 pag. , y compris un errata d'une pag. , 7 fr. 50 c.

Ouvrage qui, pour n'être pas aussi complet qu'on pourrait le désirer, n'en est pas moins la biographie la plus complète que nous ayons jusqu'à ce jour des écrivains de la Bretagne. Nous avons fréquemment mis à proat les notices de M. Miorcec de Kerdanet.

— Pèlerinage (le) de Notre-Dame du Folgoet. Rennes, 1826 , in-18.

— Vie de Bertrand d'Argentré , jurisconsulte et historien breton. Rennes, Duchesne , 1820 , in-8 de 32 pag., 1 fr.

— Voyage au vieux château de Joyeuse-Garde, près de Brest. Brest, 1823 , in-18.

On doit encore au même plusieurs articles dans le «Lycée armoricain», journal littéraire qui s'imprime à Nantes.

Etc ....

Malheureusement aucun ne semble encore avoir été numérisé :cry:
Amicalement :wink:
Jean Claude

Avatar de l’utilisateur
snowball
Messages : 22
Enregistré le : 15/01/2010 18:27
Localisation : (41) centre Romorantin-Lanthenay

Messagepar snowball » 16/02/2010 11:25

Bonjour
j'ai comme parrain et marraine messire Vincent de PARCEVAUX et Damoiselle Vincente Jaquette MAZET, de Vincent ABILY ° à Kernouës le 18octobre 1680.
Cordialement. Charlie

Avatar de l’utilisateur
Jean Claude Bourgeois
Modérateur
Messages : 9601
Enregistré le : 07/05/2007 19:23
Localisation : (60) Compiègne

Messagepar Jean Claude Bourgeois » 16/02/2010 14:58

Bonjour, et merci Charles,

Je connais bien Vincent de Parcevaux, Sieur de Keramel, né aussi à Kernouès, époux (à cette date) de Suzanne du Louet, mais j'avoue sécher sur la marraine, MAZET (MAZE ?) :?:
Amicalement :wink:
Jean Claude

kévin
Messages : 597
Enregistré le : 04/08/2008 11:21
Localisation : (29) Plounéventer

Messagepar kévin » 27/07/2010 10:14

Bonjour,

Une énorme cousinade à eu lieu à Mézarnou, réunissant tous les descendants de Ambroise de Parcevaux et de Jacquette de Bullion de Monlouet, soit 600 descendants !
Kévin
Ascendance paternelle
croguennec, creff, cleuziou, grall, le gall
Ascendance maternelle
seïté, le berre, le dall, le bras, géléoc

Maryse Roudaut
Messages : 56
Enregistré le : 15/11/2010 12:12
Localisation : (29) Landerneau

Messagepar Maryse Roudaut » 30/12/2010 22:45

Merci Jean Claude
passionnantes ces histoires !! une bonne soirée de lecture historique passée sur le forum
Cordialement
Maryse Roudaut cgf 13065

branche paternelle : acquitter prigent porhel
branche maternelle : roudaut blons corre premel-cabic le goff gac quintric
et pour mon conjoint : roudaut hély lotrian lavanant bellec mazé kervran dolou jézégou

Avatar de l’utilisateur
alaing44
Messages : 1008
Enregistré le : 18/06/2008 17:39
Localisation : (91) Gif-sur-Yvette

Messagepar alaing44 » 17/06/2015 14:41

Bonjour,

Je reviens 5 ans après une discussion que j'avais eu avec Jean-Claude (voir un peu plus haut dans cette file) au sujet d'un lien entre la famille De Parcevaux et la famille Miorcec de Kerdanet.

Je travaille actuellement sur une famille de papetiers installés à Quimperlé, la famille De Mauduit , voir dans cette file : http://www.cgf-forum.fr/phpBB2/viewtopic.php?t=23309
alaing44 a écrit :Bonjour à tous,

Les Papeteries De Mauduit de Kervern à Quimperlé

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_de ... de_Kervern

http://patrimoine.region-bretagne.fr/ge ... f23e4a80de

Le fondateur, Joseph Gabriel De Mauduit de Kervern ° 1797 à Moëlan-sur-Mer + 1877 Quimperlé , et X en 1835 Virginie Cabon de Kerandraon petite fille de Mathurin Testard du Cosquer et de Olive Miorcec de Kerdanet (familles célèbres de Lesneven).

La papeterie est toujours en activité.

Cordialement



Il se trouve qu' une arrière petite fille de Joseph Gabriel De Mauduit de Kervern, Monique De Mauduit a épousé en 1931 à Guémené-Penfao (Loire-Atlantique) Maurice De Parcevaux (1904-1973) fils de Louis et de Denise Lucas de Couville. Ils ont eu 4 enfants : Laurence, Edith, Isabelle et Philippe qui sont donc des descendants des Miorcec de Kerdanet puisque Joseph Gabriel De Mauduit de Kervern est l'arrière petit fils de Jacques Miorcec de Kerdanet.

Je joint l'arbre de parenté :

Image

Cordialement
Alain Gautier - cgf11288 site : https://gw.geneanet.org/alaing44_w


Retourner vers « Familles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Jean Jacques BRENEOL et 17 invités